22 – DES BIOFILMS AUX MOTFILMS

 

De l’enregistrement Audio nous avons glissé vers une autre méthode, celle des Images, celle des Photos.

Nous avons vu qu’un point central se dégage d’une surface homogène pathologique voire du visage recadré du porteur de la maladie.
Rappelons l’importance de ce point central qui semble résumer à lui seul toute l’information pathologique d’une photo.

J’ai alors conçu l’idée de zoomer ce point si net et précis.

 

Réalisation d’un Biofilm

Nous avons essayé différentes méthodes pour mettre en relief ce point central : le zoomage, la lutte contre tout halo antagoniste, le floutage gaussien…
Rien ne put empêcher que ce point oscillât. Manifestement  un point ne peut être isolé de son support.

Autre obstacle : la présence du Pulsologue qui est la source de cet état oscillatoire. Peut-il être soustrait ?

 

Le Biochamp des MOTS

Comme nous l’avons invoqué ailleurs, les MOTS portent une très forte information.

Expérience. Saisissante, ahurissante, est cette expérience qui donne tant de valeur au Mot avec un M majuscule.
En effet si j’affiche sur l’écran (dans deux fenêtres sans contact) d’un côté le Nom et de l’autre côté le Comprimé-photo du médicament qu’il représente une résonance s’établit très facilement entre eux au pouls.

Bien plus « Une boîte de médicament (en photo) dont on a rogné le nom (sans Nom) est informative s’il contient les comprimés du médicament.
Mais, une boîte de médicament nominée (avec Nom) est encore informative même s’il ne contient pas ou n’a pas contenu de médicament. Boîte nominée X vide et boite sans nom  contenant le médicament X résonnent entre elles.

Contre-expérience.  Aucune résonance ne se produit entre une boîte nominée X vide et une boîte sans nom contenant un autre médicament Y.
Tout se passe comme si le nom du médicament avait autant de valeur que la substance réelle. »

On peut dès lors se reporter aux Mots qui inaugurent le « Prologue évangélique de Saint Jean ».

 

Structure pulsologique du MOTFILM.

 

Pour étudier avec précision un Mot, celui-ci doit être très encadré, très détouré via Paint.

Le meilleur instrument d’analyse est représenté par la pointe, l’extrémité du Médius, seul fin porteur des 4 champs cutanés du damier cutané.
L’image du Mot est zoomée, en l’occurrence pour permettre au médius, qui n’est pas ponctiforme, de survoler les parties du Mot.
Le Médius détecte alors que le Mot se subdivise en 4 cases rectangulaires dont chacune a une signature pulsologique particulière. Et c’est le centre du Mot où se croisent les bords des rectangles qui représente l’Axe Central !
L’axe central dont nous avons tant parlé n’est finalement qu’un point d’intersection neutre ; il ne résume pas du tout l’ensemble de l’image-Mot. Ce sont plutôt les 4 coins des rectangles qui y convergent qui portent l’information globale.

 

Les deux types de Mot.

Le Mot naturellement est abstrait. Mais on peut lui substituer le Nom d’un médicament concret et reprendre l’analyse avec notre Médius. Or il s’avère que cette description des 4 rectangles n’est retrouvée qu’une fois sur deux, grosso modo.

Si l’on glisse le médius horizontalement sur la ligne médiane du Nom, deux éventualités se présentent.
1/ Une forte résonance se produit aux deux extrémités du Nom : il s’agit d’un médicament A ou BN (Ercefuryl ci-dessous).
2/ Une forte résonance se produit au milieu du Nom : il s’agit d’un médicament B ou BB (Mot ci-dessous). C’est ce médicament B qui donne spontanément les 4 rectangles initiaux.

Pour obtenir cette même structure des substances A, le Nom doit subir une modification via Paint. La moitié inférieure du Nom doit être en « couleur inversée ».

Les Mots Non biologiques

En biologie, rares sont les Mots qui échappent à cette structure fixe.

Certains faux médicaments que j’appelle « instables » ou certains noms de famille ( entérobactéries par exemple) ont une structure oscillante entre A et B. Ils sont  exclus de mes listes médicinales.

 

Le Biochamp neutralisant, personnel du Praticien est un Motfilm

Il consiste à appliquer ce que nous venons de voir.

Mon Nom est cadré, un peu agrandi.
Après divers essais, il s’avère que le meilleur Motfilm est celui qui me neutralise presque complètement, il est blanc sur fond Noir.

Ce Nom, collé à un Bristol, est posé sur mon sternum et regarde mon sternum. Il est rattaché à mon cou via une cordelette en circuit fermé.

Il neutralise tout mon corps à l’exception de l’extrémité des membres (moitié des avant-bras et des jambes).
Il s’oppose par son aspect b/Noir à toutes les substances Biologiques BN ou BB.

 

Que Conclure ?

L’essence du Mot est le substrat de nos Motfilms.